Gala de charité de l’Association Al Barka : une œuvre caritative à soutenir 

En prélude à la 3e édition de Gala de charité de l’Association humanitaire Al Baraka, prévue pour ce samedi 31 octobre 2020 à l’hôtel Sheraton de Bamako, sa présidente, Daraja Haidara, a organisé, hier mardi 27 octobre 2020, dans un restaurant de la place à ACI 2000, un petit-déjeuner de presse, pour partager avec les hommes de médias, les objectifs de ce cocktail dînatoire qu’elle se propose d’offrir à ses invités de marques.

Selon la présidente de l’Association, cette 3e édition du gala de charité dénommé « Al Baraka charity 2020 » vise à collecter des fonds pour la réhabilitation de latrines et le don de kits scolaires à certains élèves démunis et 100 tables-bancs à des écoles communautaires à travers le Mali.

Aussi, a-t-elle précisé, le gala, prévu pour le 31 Octobre 2020 à partir de 16h à l’hôtel Sheraton de Bamako, veut surtout offrir un cadre idéal de manifestation de générosité en faveur des couches défavorisées de notre société.

Malgré les difficultés inhérentes à l’humanitaire, notamment le scepticisme de certains partenaires et du gouvernement à soutenir de telles initiatives, et surtout la méconnaissance de la majorité des maliens du concept qui consiste à payer une table à 100 000 ou 250 000 FCFA, Daraja Haidara s’est dédiée corps et âme « au service des plus démunis ». La preuve, elle a scolarisé avec ses maigres bourses universitaires, deux frères à l’âge d’aller à l’école, mais dont les parents n’avaient pas les moyens, et faisaient le commerce ambulant dans le marché.

Aujourd’hui, son association Al Baraka qui veut dire « Merci » a pu scolariser 10 000 enfants et offert 15 000 kits scolaires à des enfants démunis à travers le Mali.

Pour Daraja Haidara, « le défi majeur a été de quitter sa zone de confort en tant que salariée et se lancer dans la vie entrepreneuriale, et arriver à se faire une petite place tant bien que mal. ».

Par ailleurs, signale-t-on, l’une des recettes du succès de Daraja Haidara « est de faire ce que l’on aime et non d’aimer ce que l’on fait » (deux choses à ne pas confondre).

La jeune Daraja Haidara ambitionne pour son association Al Barka une implantation d’ici 10 ans de centres de formation professionnelle à Bamako et dans toutes les régions du Mali pour permettre aux jeunes et aux femmes d’apprendre des métiers et à la sortie créer des emplois directs.

Elle se voit également d’ici 5 ans comme une femme accomplie à bien des égards, notamment sur le plan entrepreneurial en tant que chef d’entreprise, aux côtés des nécessiteux et surtout dans la gestion de sa propre famille. « C’est de contribuer concrètement aussi à la résolution de la crise que traverse l’école malienne à travers les actions humanitaires de Al Barka », conclut-elle comme étant sa résolution de l’année 2020.

Sékou CAMARA

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*