Gouvernement de transition : Les dossiers en urgence

Les autorités de la transition sont attendues sur de nouveaux et nombreux chantiers, pour soigner le grand corps malade qu’est le Mali où tout est urgent et prioritaire. Il ne faut pas s’y méprendre. La CEDEAO a levé ses sanctions. Un président de transition civil a pris fonction, un gouvernement est en place. Mais cela ne résume pas une réussite, face aux multiples défis qui attendent le gouvernement. Si certains sont d’ordres prioritaires, d’autres ne peuvent pas attendre.

Les crises sectorielles sont loin d’être évanouies. D’abord, l’école malienne dont l’année scolaire reste en suspens avec une menace réelle et tenace de perturbation, malgré la fixation des dates des examens. Toute chose qui reste encore un défi majeur.

La justice

Le Pôle économique a repris du service avec les dossiers brulants, notamment ceux de la corruption,  la surfacturation des équipements militaires, l’achat de l’avion présidentiel, et autres scandales.

Vider ces différents dossiers en instance depuis plusieurs années, et diligenter les enquêtes relatives aux tueries du 10, 11 et 12 juillet 2020, lors des manifestations du M5 RFP, constituent une belle entrée en matière du nouveau ministre de la justice, Mohamed Sida Dicko, réputé pour sa rigueur, sa probité, sa franchise et sa maîtrise du droit.

La grogne sociale

Les administrateurs civils renouent avec leurs doléances. En effet, les administrateurs civils et les membres du corps préfectoral ont déposé un préavis de grève sur la table du ministre du Travail et de la fonction publique, Me Harouna Toureh.

Les doléances de différents syndicats (SYNAC, SYLMAT, du SYNTRACT, CS-ADR) regroupés au sein d’une synergie portent sur 11 points parmi lesquels : « l’octroi d’une prime de sujétion pour risques de 400 000 Fcfa et une indemnité spéciale ». A défaut de satisfaction desdits points, ils se réservent le droit d’observer une grève de 15 jours, soit 360 heures reconductibles à partir du lundi 19 Octobre 2020 ».

Face à cette situation, des observateurs ont déjà des réserves sur la tenue à date des « élections générales », qui seront la ligne directrice de toute la transition. Il y’a de quoi avoir des sueurs froides pour le gouvernement au regard du rôle et de la place prépondérante des Administrateurs civils, préfets et acteurs du ministère de l’Administration territoriale dans la gestion et la réussite desdites élections au Mali.

 Le Conseil national de transition

L’une des difficultés au Mali, c’est le compromis autour des questions d’intérêt national. En effet, le Conseil national de transition, organe législatif, dont la formation est attendue, comme le prévoit la charte de transition, sera composé de toutes les forces vives de la nation. Déjà au sein de toutes les organisations faitières devant figurer dans ce Conseil national de transition, la mobilisation est au rendez-vous.

La preuve, le Conseil supérieur de la diaspora du Mali (CSDM) attend de pied ferme la composition du CNT. Selon le président de la faitière de la diaspora, les autorités ont superbement ignoré les maliens de l’extérieur dans la formation du gouvernement. En retour, une présence « massive », dit Mohamed Cherif Haidara, au sein du CNT, sera de nature à « rassurer [les] compatriotes vivant à l’étranger » estime le président du CSDM, lors d’un point de presse mercredi 7 Octobre 2020.

Par ailleurs, après la publication de la liste du gouvernement de transition, le M5 RFP, le mouvement contestataire, a exprimé sa désapprobation. « Le M5-RFP est donc légitime à dire que le nouveau gouvernement, dont la composition viole la loi n°052 sur la promotion du genre, n’est porteur ni de la rupture avec le système qu’il a combattu ni du changement auquel le Peuple malien aspire et pour lequel il a consenti le sacrifice ultime : le sang de ses martyrs, pour lesquels justice doit être rendue sans délai ».

Toutefois, le Premier ministre, Moctar Ouane, compte sur : « l’engagement, la détermination et la solidarité » au sein de la nouvelle équipe gouvernementale pour relever les défis qui l’attendent.

Ousmane Tangara

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*