Digitalisation des taxes et impôts au Mali : la start-up nation s’implique malgré les difficultés

Dans le souci de relever le défi de la transparence dans le processus de recouvrement des taxes et impôts du Mali, des mécanismes innovants de prévention et de lutte contre la corruption ont vu le jour. Cependant, sur le terrain le constat révèle que ces projets tardent à se réaliser à hauteur de souhait. Cette situation, selon beaucoup d’observateurs est le résultat d’un manque de volonté politique.

Face à l’ascension fulgurante de la corruption dans le pays, la Nouvelle Technologie Africaine (NTA-TECH), a pu mettre en place depuis 2017 une solution innovante notamment la digitalisation du processus de recouvrement des taxes et impôts à travers la solution KLIS’PAY. Cette technologie révolutionne la façon dont les administrations mobilisent et dépensent leurs ressources propres :« La solution KLIS’PAY vise à améliorer de façon substantielle les recettes de la collectivité locale à travers une localisation précise des activités économiques et commerciales et une bonne maîtrise des modes de collecte des taxes. Il s’agit de maitriser le fichier des contribuables à travers un calcul automatique ; de renforcer la conformité fiscale vis-à-vis du contribuable et aussi d’accroitre la productivité », soutient Adama BERTHE, PDG de NTA-TECH.

Aussi, ajoute-il que la digitalisation des recouvrements des taxes et impôts au Mali nécessite une synergie d’actions et un accompagnement structurant des institutions en charge du secteur de l’administration territoriale, des finances, de l’économie numérique, des réformes de l’Etat, de la formation et de l’insertion professionnelle. Car, l’initiative de la digitalisation des taxes et impôts des collectivités est née de la volonté de généraliser et d’harmoniser le paiement des taxes au Mali.

Il est compris par les plus hautes autorités de notre pays que le défi du recouvrement efficace des taxes passe par la digitalisation et la dématérialisation des procédures. K’LIS PAY sera l’outil pour y arriver, cependant sans des hommes dévoués et la naissance d’une véritable culture citoyenne de paiement de taxe, cette solution n’aura pas les résultats escomptés.

Il s’agit, à travers cette solution, de digitaliser tout acte qui nécessite une transaction financière pour limiter l’intervention humaine dans le processus de paiement ou de recouvrement des taxes et impôts du pays. Actuellement, malgré les nombreux défis, NTA-TECH, qui a un contrat avec la Mairie du District de Bamako, couvre les sites pilotes en ce qui concerne le recensement. Il s’agit notamment des marchés, des gares : « nous sommes à 31% de l’exécution du projet d’enrôlement des contribuables. C’est une nouvelle chose pour les maliens mais l’accompagnement des autorités est essentiel pour la réalisation correcte de l’initiative malgré les différents défis urgents du pays » soutient-il.

La digitalisation permet de fournir une base de données sur l’ensemble des contribuables du District pour une maitrise du potentiel économique du pays. Elle présente des avantages non seulement pour les assujettis mais aussi pour les services publics. De la déconcentration de la vente des vignettes, des timbres entre autres aux paiements sécurisés à partir de terminaux personnels (smartphone, ordinateur …) en passant par des documents numériques uniques d’identification, le projet de digitalisation pourra révolutionner le secteur.

La révolution numérique place les marchés, la société et les autorités face au défi de s’adapter à un changement permanent. La conjugaison d’une collecte améliorée des données et d’une puissance accrue de traitement permet aux autorités d’affiner les méthodes existantes de recouvrement des taxes. Avec la transmission électronique, il est plus facile et moins onéreux pour les contribuables de remplir les déclarations fiscales et pour les autorités de les traiter.

La digitalisation du processus de recouvrement des taxes et impôts participerait ainsi à la volonté des autorités de la transition de lutter contre la fraude et la corruption dans le pays. Ce mécanisme permet à l’Etat de garantir une croissance économique à travers un équilibre budgétaire pour le développement du pays.

Andiè A. DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*