Mali : l’ancien président ATT passe l’arme à gauche

L’ancien Président malien Amadou Toumani Touré dit ATT est décédé ce mardi 10 novembre 2020 à 72 ans à Istanbul en Turquie, où il avait subi une opération du cœur selon des sources proches de la famille. Acteur majeur de la scène politique malienne depuis 1991, ATT avait d’abord été admis à l’hôpital Luxembourg de Bamako pour une opération d’urgence du cœur.

Sa dernière apparition publique remonte à septembre 2020 lorsqu’il a assisté à la cérémonie d’obsèques de l’ancien Président Moussa Traoré. Quelques jours plus tard, il avait accordé un entretien exclusif à la télévision publique malienne ORTM dans lequel il est largement revenu sur son parcours politique et sur sa vision pour le Mali.

Amadou Toumani Touré a accédé au pouvoir en mars 1991, à la suite d’un coup d’Etat contre le Général Moussa Traoré. Dix ans après les premières élections démocratiques du pays, celui qu’on surnomme le « soldat de la démocratie » est revenu triomphalement dans l’arène politique avec le Mouvement citoyen en 2002. Il briguera la magistrature suprême après les deux mandats successifs d’Alpha Oumar Konaré et dirigera le Mali de 2002 à 2012.

Ironie du sort, ATT sera chassé du pouvoir en mars 2012, quelques mois avant la fin de son second mandat par un coup d’Etat militaire conduit par le capitaine Amadou Aya Sanogo. Il s’exile au Sénégal et fera l’objet d’une enquête de la Cour haute de justice avant d’être blanchi. Il rentrera définitivement du Sénégal en héros en 2018.

De son bilan politique, on peut retenir le consensus qu’il a su instaurer dans la gouvernance au Mali. Le régime d’Assurance maladie obligatoire (AMO) ou encore le programme de logements sociaux ATTbougou, que lui considérait comme sa plus grande fierté.

Selon nos informations, le Président ATT travaillait à la rédaction de ses mémoires depuis quelques années. Espérons une œuvre posthume fidèle pour dire aux jeunes générations sa contribution à l’édification de la nation malienne.

Reposez en paix, Général de la démocratie.

Rédaction

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*