COVID19 : Le discours avorté du président N’DAW

Le président de la transition Bah N’DAW devait s’adresser aux Maliens le 30 novembre sur l’ampleur de la pandémie à coronavirus dans le pays. Mais à la surprise générale, aucune allocution n’a été diffusée. Cependant, une copie du discours a fuité sur les réseaux sociaux. Son analyse à postériori est assez édifiante sur les orientations du Gouvernement.

« La crainte existe que la Covid-19 ne devienne endémique. Ce qui, pour un pays assailli par d’autres urgences, ne serait pas un défi de plus, mais le défi de trop », prévenait le colonel à la retraite dans ce qui aurait dû être une première adresse à la Nation sur la situation du coronavirus depuis l’installation des autorités de la transition.

Le président Bah Ndaw entendait inviter les leaders d’opinion et responsables religieux à jouer leur partition dans la lutte. Son discours indiquait des instructions au gouvernement pour prendre les dispositions nécessaires en vue de mettre en place un plan rapide de remobilisation contre la pandémie. « Notre ambition doit être de casser la chaîne de contamination en cinq semaines, à compter du 1er décembre 2020 », lisait-on dans le texte rendu public par inadvertance.

Dans cette perspective, le programme « un Malien, un masque » serait reconduit et intensifié sans délai, annonçait le président de la transition. Le port du masque serait progressivement obligatoire dans la capitale et à l’intérieur. Dans son allocution, le président de la transition annonçait aussi la réduction du temps d’ouverture des marchés de 8h à 14h.

Autre annonce importante de cette adresse avortée ou reportée, les établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur (publics ou privés) seraient fermés pour un délai de 28 jours. Tout comme les lieux de plaisir, de sport, les bars et restaurants.

Une des mesures qui fâche est bien un couvre-feu de 21h à 5h du matin. Mais les frontières restent ouvertes et le contrôle sera renforcé au niveau des aéroports et des frontières. « Le calendrier de mise en œuvre de ces mesures sera décidé au tout prochain conseil de ministres », selon le chef de la transition.

La semaine dernière un conseil national de défense avait été reporté à cause de la découverte d’un foyer de contamination au siège de la présidence de la République du Mali. Aucune version officielle sur les raisons de l’annulation du discours, pourtant annoncé officiellement par les services de la communication de la présidence. Également, aucun démenti n’a été rendu public sur la version mise en ligne quelques heures auparavant.

Tout porte à croire que la fuite du discours aurait mis en branle certains réseaux de contestation, notamment sur des mesures qui fâchent comme la fermeture partielle des marchés et l’instauration du couvre-feu. En attendant la nouvelle version de cette adresse à la Nation du président de la transition, il convient d’interroger la conscience collective sur la sempiternelle question de la discrétion administrative.

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*