Circulation : le contrôle inopiné de vignette, un baromètre de l’incivisme

 

Chaque année, les autorités de la mairie du District de Bamako accordent au moins quatre mois pour l’acquisition de la vignette des engins à deux roues afin de leurs permettre de circuler en toute quiétude pendant le reste de l’année. Cependant, beaucoup ne s’acquittent pas de cette taxe et se font mener la vie dure pendant les derniers jours de l’année.

Lors des contrôles inopinés, généralement menés en fin d’année, les motocyclistes se font saisir leurs engins. D’aucuns s’acquittent de la contravention qui s’en suit, d’autres, par contre, préfèrent tout simplement « négocier ».

Si certains observateurs dénoncent l’incivisme des usagers qui ne possèdent pas la vignette, d’autres au contraire estiment que les agents de la mairie doivent revoir leur stratégie de contrôle pour ne pas punir ceux qui sont en règle.

« A quoi bon de prendre une vignette si les policiers font tout pour te faire payer de l’argent dans la circulation ? s’interroge Moussa, jeune convoyeur. Ils nous font perdre du temps alors qu’ils ne contrôlent même pas les numéros des vignettes. Au Mali, un citoyen n’a jamais raison devant un agent de Police », a-t-il indiqué.

Quant à Ousmane, il confie les raisons pour lesquelles il ne s’est pas acquitté de la petite carte : « Je n’ai pas pris de vignette cette année parce que je ne sors pas la nuit. Généralement, ce sont les nuits que le contrôle est effectué par la police. Mais l’opération de ce matin m’a surpris et j’ai dû négocier l’agent pour avoir ma moto ».

« Le contrôle est bien. Moi je ne peux pas comprendre que durant toute une année, tu ne puisses pas aller payer 6000 FCFA pour te procurer une vignette au lieu de négocier avec les policiers lors de chaque contrôle. Mais nous qui sommes en règle, cela nous met vraiment en retard. Il faut que la mairie et les policiers trouvent une solution », indique Amadou, un livreur.

Effectué au niveau des carrefours stratégiques de la capitale, ce contrôle traditionnellement inopiné et conjointement mené par la mairie et la police, entraine des embouteillages et des risques d’accidents. Les frictions engendrées par l’impatience des usagers sont des sources de danger. Les abonnés à l’incivisme n’hésitent pas à violer le sens interdit afin d’échapper au contrôle.

Au Mali, selon la Direction Nationale des Impôts, en fonction de la nature, de la puissance et de l’âge du moteur à deux ou trois roues de 51 centimètres cube au 125 centimètres cube de cylindrée le montant de la vignette est fixé à 6 000 FCFA et le duplicata est à 500 f.

 A. DARA

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*