KENIEBA : L’Exploitation illégale de l’or continue sur le Falémé

KENIEBA : L’Exploitation illégale de l’or continue sur le Falémé

 

Face à la dégradation de l’environnement par l’exploitation illégale de l’or sur le fleuve Falémé, le ministre des mines Lamime Seydou Traoré, a déclenché le 7 janvier 2021 à kéniéba, l’opération « Falémé Dembé », qui a eu pour effet immédiat, l’arrêt des travaux d’exploitation d’or sur le lit du Falémé. Il avait été également procédé, par la même occasion, à la saisie des dragues et l’arrestation de plusieurs exploitants illégaux de l’or. Malgré ces mesures qui avaient suscité un bel espoir chez les populations de keniéba, l’« Exploitation sur le Falémé se poursuit de la plus belle manière avec ses corolaires », nous rapportent des observateurs sur place.

« Malgré la visite du ministre des mines et ses collègues de l’environnement et de la sécurité sur le fleuve Falémé, si les travaux n’ont pas pris de l’ampleur, ils n’ont jamais cessé » observe Mahamadou Sissoko, coordinateur du collectif des jeunes de Keniéba.

« Wassa ton », regroupant une vingtaine d’Association de la commune de Keniéba a fait le même constat. « Deux semaines après la visite des ministres des mines et une forte délégation, qui avait pourtant suscité l’espoir pour sauver le Falémé, on remarque la reprise pure et simple des activités illégales sur les mêmes lieux » confie Adama Keita, membre de l’association wassa ton. Le notable précise que ceux sont « des Chinois et certains maliens issus de la communauté, qui continuent d’exploiter illicitement des produits dangereux sur le lit du fleuve ».

Face à la situation, des autochtones évoquent une dégradation de l’environnement qui pourrait se traduire, si rien n’est fait, à la dégradation des liens sacrés entre les populations. Car, disent-ils, des divergences continuent d’opposer les forces vives au sein de la jeunesse à keniéba.

 

Ousmane Tangara

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *