NOUVELLES CONDITIONS D’UTILISATION « WHATSAPP » :  Pourquoi les résidents en Europe sont épargnés ?

 

WhatsApp a demandé, jeudi 7 janvier 2021 à ses utilisateurs en (Afrique), d’accepter les nouvelles conditions d’utilisation du réseau social avant le 8 février. Sans quoi, ils ne pourront plus accéder à leurs comptes.

La nouvelle n’a pas tardé à créer le tollé sur les réseaux sociaux. La nouvelle mise à jour pourrait offrir des « options » pour le partage de données entre Facebook et WhatsApp.

L’offre du géant Américain, qui dément toutes possibilités de faillite des données personnelles à travers ce nouveau système, ne fait pas l’unanimité en Afrique, dont les résidents sont visés par la nouvelle politique.

« Nous voulons dire clairement que la mise à jour n’affecte en aucune façon la confidentialité des messages échangés avec vos amis et votre famille » a précisé, mardi 12 Janvier 2021, la direction de WhatsApp, qui précise que : « cette mise à jour comprend des changements relatifs à l’envoi de messages à une entreprise sur WhatsApp, ce qui est optionnel ».

Ce qui va changer…

Selon le réseau social, communiquer par messages avec des entreprises est « différent d’envoyer des messages à votre famille ou à vos amis ». Certaines grandes entreprises, ajoute le réseau, ont besoin d’utiliser des services d’hébergement pour gérer leur communication. C’est pourquoi « nous offrons aux entreprises la possibilité d’utiliser des services d’hébergement sécurisé ».  En revanche, un détail important suscite des interrogations après l’annonce et les moyens de défenses déployés par le réseau social.

Car, si après le 8 février 2021, les utilisateurs de whatsapp en Afrique n’ont pas accepté la nouvelle politique, ils ne pourront plus utiliser ce réseau. La mesure ne concerne pas les pays d’Europe. « Il n’y a aucun changement dans les pratiques de partage des données de WhatsApp dans les pays européens (Royaume Uni inclus) suite à la mise à jour des conditions d’utilisation et de la politique de confidentialité » a éclairci WhatsApp aux utilisateurs zone Europe.

L’exclusion de l’Europe de ladite mesure s’explique. Car, les politiques de confidentialité qui couvrent cette zone en plus du Royaume-Uni, ne permettent pas à whatsapp d’utiliser les données de ses ressortissants, aux fins d’améliorer ses « produits » ou « publicités ».

WhatsApp est un réseau social gratuit, et une entreprise qui doit faire des chiffres après son rachat par Facebook en 2014.

En conséquence, l’Afrique moins « protégée » sur les réseaux sociaux contrairement à l’Europe, pourrait être un enjeu économique fort intéressant pour la filiale de Facebook.

Toutefois, cette mesure met sur la table, l’épineuse nécessité de la régulation des réseaux sociaux sur le continent, et par conséquent la protection des données personnelles des africains, qui ne sont pas protégés contre certaines tentations, à cause de l’absence de politiques de confidentialité et de sécurisation des données de ses ressortissants.

Ousmane Tangara

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*