ACCORD GOUVERNEMENT- UNTM :  L’amical des anciens de l’ENA met en garde contre un sabordage des textes

 

Le point 05 du Procès-verbal de conciliation signé entre le Gouvernement et l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), souligne une volonté commune de mettre en place une commission « pour examiner la faisabilité de l’organisation par le seul ministère en charge de la fonction publique de l’ensemble des concours d’entrée dans les fonctions publiques d’Etat (y compris pour les corps relevant de l’Ecole Nationale d’Administration -ENA-) et des collectivités ».

Cette disposition est rejetée en bloc par l’Amicale des Anciens Elèves Fonctionnaires de l’Ecole Nationale d’Administration (AEFENAM), qui n’y voit pas de bien fondé.

Dans un communiqué, en date du lundi 15 février 2021, signé par le président Boubacar Ouologuem, Inspecteur du Trésor, l’amicale manifeste sa désapprobation de ce point 05 du Procès-verbal de conciliation, qui affiche la volonté des deux parties (Gouvernement-UNTM), d’avoir un organe unique, une porte unique d’entrée dans la fonction publique.

L’amical fait remarquer que ledit point controversé, ne ressort nullement dans le préavis de grève déposé par l’UNTM. D’où son étonnement de le voir figurer dans le procès verbal de conciliation signé entre le gouvernement et l’UNTM.

Par ailleurs, l’Amicale s’interroge non seulement sur la pertinence de ce point souligné dans l’accord sus indiqué au regard de la vocation et de la nature de l’ENA, mais aussi s’insurge contre son caractère rétrograde, eu égard aux acquis obtenus et reconnus par cette école, après plusieurs processus de réformes.

De ce fait, les anciens élèves fonctionnaires de l’ENA, rappellent que la création de l’ENA est le fruit d’une réforme administrative et institutionnelle.

Par conséquent, elle en appelle au respect des textes de sa création et de ses missions telles que le recrutement et la formation de ses élèves.

Le recrutement et la formation demeurent des missions fondamentales dévolues à toutes les Ecoles Nationales d’Administration, et auxquelles la nôtre ne saurait être la seule à déroger. « L’Amicale demande aux parties prenantes à cet accord, de renoncer à l’exécution du point concernant le mode de recrutement de l’ENA. Faute de quoi, l’Amicale se réserve le droit d’user de tous les moyens légaux afin de préserver les acquis de l’ENA pour sa pérennité et pour le bon fonctionnement de l’administration malienne ».

SKK

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*