Mouvement pour la réconciliation des maliens (MRM) : Pour le vivre ensemble

Mouvement pour la réconciliation des maliens (MRM) : Pour le vivre ensemble

 

Le samedi 6 février 2021, la maison de la presse a servi de cadre pour la cérémonie de lancement des activités du Mouvement pour la Réconciliation des Maliens. C’était en présence du Président du mouvement, Cheick Akim Allansary et du Secrétaire général du MRM, Tidiani Fomba.

La promotion de la paix et de la réconciliation à travers le vivre ensemble dans toutes les communautés au Mali est le défi de ce nouveau groupement. Les multiples crises du pays depuis plus de 10 ans, obligent une prise de conscience à tous les niveaux.

Le MRM s’engage à s’investir dans la reconstruction de la paix. Selon le Secrétaire général, l’initiative de ce mouvement vient de son Président Cheick Akim Allansary, un autochtone de la région du Nord du Mali. Le mouvement bénéficie actuellement de l’adhésion des femmes qui aspirent à la cohésion et à la tranquillité du pays. Il souligne que sans la paix et la stabilité, il n’y a pas de tranquillité ni de développement. Avant de dire que depuis la création du mouvement ses leaders ne cessent de rencontrer les populations, les leaders religieux, coutumiers et politiques.

Pour sa part, le Président du MRM, Cheick Akim Allansary estimera que le Mali traverse actuellement une crise sans précédent qui a rompu la confiance des populations qui, pourtant ont su vivre ensemble pendant plusieurs années. Selon lui, cette crise multidimensionnelle a ralenti le développement du Mali en général et celle de la population du Nord et du centre en particulier : « C’est à la suite de toutes ces analyses que le MRM, composé de toutes les ethnies du Mali a vu le jour », a-t-il déclaré.

Le président Allansary, a rassuré que dans le cadre de la réconciliation et de l’apaisement du Mali, le MRM sera permanemment aux côtés des maliens et fera des propositions aux autorités dans l’exécution de leurs missions.

Il a indiqué que le ministère de la Défense à travers ses hommes sur le terrain, doit être très attentif pour ne pas faire d’amalgame entre les ennemis et les innocents. De son analyse, cela peut-être la cause d’une nouvelle rébellion dans les jours à venir. Quant au département de l’Emploi et de la formation professionnelle, son rôle dans la réconciliation est de créer beaucoup d’emplois pour les jeunes maliens en général et ceux des régions du nord et du centre en particulier pour qu’ils n’aillent pas chercher de l’emploi chez les ennemis de la Nation. De même, il demande au ministère de l’agriculture de développer son secteur pour garantir la sécurité alimentaire de tous les maliens et toutes les maliennes car cela leur permettra de ne pas aller chercher à manger autrement. S’agissant du ministre de l’éducation, il souhaite qu’il fasse en sorte que tous les fils et toutes les filles du Mali aillent à l’école pour leur donner une bonne formation académique, professionnelle, et patriotique. Car parfois les analphabètes sont les proies des manipulateurs. Avant de conclure avec le ministre de la justice qui doit faire en sorte que chaque malien soit mis dans son droit pour une bonne réconciliation. En outre, il invite l’ensemble du peuple Malien autour de ce mouvement pour conquérir la paix définitive dans notre pays.

Seydou K. KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *