Affaire Sonko au Sénégal : l’opposant Sénégalais ne veut d’un parachèvement militaire à la malienne.

Affaire Sonko au Sénégal : l’opposant Sénégalais ne veut d’un parachèvement militaire à la malienne.

 

Lundi, 8 Mars 2021, dans l’après-midi à « Keur Maodo », au siège de son parti le (PASTEF) les patriotes du Sénégal, Ousmane Sonko anime une conférence de presse, quelques heures après sa libération mais placé « sous contrôle judiciaire » dans l’affaire de « viols présumés et menace de morts » suite à la plainte d’une masseuse. Le leader du principal parti d’opposition au régime de Macky Sall, a appelé ses partisans, à sauvegarder les acquis de la démocratie Sénégalaise, et à éviter une révolution similaire à celle du Mali, qui s’est soldée par le parachèvement de la lutte populaire par une intervention militaire, qui selon lui, est aujourd’hui déplorée.

L’ex inspecteur des impôts radié de la fonction publique 2016, appelle ses partisans à conduire « la révolution » enclenchée « au plus tard en 2024 », qui coïncide à la fin du second dernier mandat du président Macky Sall, conformément à la constitution du Sénégal.

Appelant ses alliés révolutionnaires à ne pas procéder « coûte que coûte » par « radicalisme », Ousmane Sonko se fait une idée de la transition en cours au Mali, pour inviter ses partisans Sénégalais à ne pas mener une lutte qui pourrait être sabordée.

« Beaucoup de révolutions se sont tenues en Afrique ces dernières années. Mais au finish, l’aboutissement n’a pas été ce que le peuple attendait » a-t-il averti. Une référence tacite au Mali, avec le parachèvement de la révolution populaire par les militaires au pouvoir, réunis au sein de l’ex CNSP. « En voulant coûte que coûte procéder par radicalisme, nous avons ouvert la boîte de pandore où c’est l’armée, souvent avec des éléments préparés par des puissances occultes qui héritent du pouvoir et qui remettent en cause tous les acquis démocratiques. Nous voyons ce qui se passe dans un pays voisin, où le peuple a mené toute sa révolution au point de faire tomber le président, et l’armée est intervenue, a été acclamée par le peuple, et nous voyons ce qui s’en est suivi. Nous ne pouvons pas nous permettre cela » a-t-il mis en garde ses partisans. Ousmane Sonko parle dans ses propos, de « puissances occultes », qui préparent ses « éléments ». Le principal opposant au régime de Macky Sall, soupçonne-t-il des manœuvres menées par des forces intérieures ou extérieures, derrière l’intervention militaire pour parachever la révolution récente qui a renversé le régime d’IBK ?

En tous cas, les militaires au contrôle du pouvoir au Mali, est vu par le leader du PASTEF, comme une menace à éviter, pour le Sénégal.

Ousmane Tangara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *