HUICOMA : Au-delà de l’échec industriel, une déchéance sociale !

HUICOMA : Au-delà de l’échec industriel, une déchéance sociale !

 

L’arrêt des machines à l’Huilerie Cotonnière du Mali (HUICOMA) à Koulikoro depuis 2010 a favorisé l’émergence de la pauvreté et de la misère des anciens travailleurs de l’usine qui a entrainé l’effondrement de l’économie de toute une région. Ces compressés dénoncent aujourd’hui le non-paiement de leurs droits depuis plus de dix ans.

La situation du secteur de l’industrie au Mali interpelle à plus d’un titre. Au-delà d’un échec industriel, la fermeture des usines du pays affecte la vie sociale de toute une couche de la société. Elle représente un manque à gagner de plus de 60 millions de F CFA par an sur la patente de la mairie de la commune urbaine de Koulikoro. L’usine employait au moins 600 personnes de la région.

Aujourd’hui, la situation est sombre pour les anciens travailleurs : « On vit tant bien que mal par l’aide des parents et amis. Parmi nous beaucoup sont morts, des familles se sont détruites, des enfants qui ne vont plus à l’école parce HUICOMA, c’était le moteur de la Koulikoro », déplore Ibrahima Diarra, Conducteur de machine à l’HUICOMA pendant 19 ans.

Malgré l’accord signé entre l’UNTM et le Gouvernement, un changement concret tarde sur le terrain ouvrant le chemin à la déchéance sociale pour de nombreuses familles, l’exode, l’immigration des jeunes tout en renforçant les pertes de recettes pour la mairie.

Andiè A. DARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *