Transfert d’argent par Mobile money : Les exilés ruraux subissent une pression de la famille au village

Transfert d’argent par Mobile money : Les exilés ruraux subissent une pression de la famille au village

 

En juillet dernier, les régions du Nord du Mali étaient coupées du reste du pays suite à des pannes techniques des opérateurs téléphoniques au Mali. Si cette situation était vécue comme un cauchemar pour certains ressortissants de Gao et Tombouctou, d’autres au contraire, félicitent la panne qui soulage selon eux leur souffrance face à la demande croissante des parents pour des dépenses quotidiennes au village. C’est l’histoire de Goudou Madjou, jeune ressortissant de Djiré. Il exerce le métier de blanchisseur à Bamako dans son petit studio.

Ils sont nombreux à quitter leur village pour un avenir meilleur dans la capitale exerçant tout genre de métiers afin de survivre. Le transfert d’argent est rendu possible seulement via les réseaux téléphoniques dans les localités reculées des villes de la région. Et avec la panne technique, le transfert était quasiment impossible.

« Chaque jour on t’appelle pour te dire d’envoyer 20 000 ou 15 000 pour des dépenses qui ne finissent pas, les villageois pensent que nous ramassons des liasses des billets à Bamako. Ils ne connaissent pas les réalités de la ville, ils ne savent pas que sur un complet on ne gagne que 200 FCFA. Je suis fatigué », crie notre blanchisseur.

Aussi, Goudou ajoute qu’il a aimé la panne technique dans la mesure où il a pu économiser un peu d’argent. Notre interlocuteur nous relève qu’il lui arrive de prendre des dettes pour envoyer au village. Car il est le seul membre de la famille à venir chercher de l’argent dans le sud du pays, ses autres frères sont plutôt dans l’agriculture.

« C’est la famille on n’y peut rien et on doit s’y faire et supporter leurs caprices sinon j’ai vraiment brillé deux jours et je respirais de l’air pure. Je prie Dieu pour qu’arrive ce genre d’incident chaque jour » a-t-il conclu sur un ton moqueur.

 

 

 

                                                                                 DK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *