Concours de la Fonction publique :Les épreuves se dérouleront les 4, 5, 11 et 12 novembre dans les différents centres du pays

814 emplois seront à pourvoir cette année dans la Fonction publique de l’Etat au titre de l’exercice budgétaire 2017. Ces emplois sont repartis comme suit : 331 pour le secteur de la Santé, 195 pour le secteur du Développement rural, et 288 pour les autres secteurs de l’Administration publique y compris 46 postes à pourvoir dans le compte de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).

Ces emplois induisent une masse salariale globale annuelle de 1 862 397 254 de francs CFA. Cette somme est repartie comme suit : 1 062 555 168 de francs CFA pour le secteur de la santé, 300 252 355 de francs CFA pour le secteur du Développement rural, 499 589 732 de francs CFA pour l’Administration générale dont 381 088 138 de francs CFA pour le reste de l’Administration publique et 118 501 594 de francs CFA pour l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Ce recrutement est annoncé dans les arrêtés interministériels n’2017-0706/MTFP-MEF-SG du 22 mars 2017, n’2017-1903/MTFP-MEF-SG du 14 juin 2017 et n’2017-2967/MTFP-MEF-SG du 08 septembre 2017 fixant les emplois à pourvoir par voie de concours directs de recrutement dans la Fonction publique d’Etat au titre de l’exercice budgétaire 2017 à 814 emplois repartis ainsi qu’il suit : 331 pour le secteur de la Santé, 195 pour le secteur du Développement rural et 288 pour les autres secteurs de l’Administration publique.

En effet, les concours ont été ouverts par le communiqué n’2017-000012/MTFP-SGCNFCP du 12 septembre 2017, rectifié par le communiqué n’2017-000014/MTFP-SG-CNCFP du 14 septembre 2017. Les concours concernent toutes les catégories (A, B2, B1 et C) et presque tous les cadres de la Fonction publique d’Etat : Administration générale, Action sociale, Arts et culture, Agriculture et génie rural, Industrie et mines, Services économiques, Eaux et forets, Elevage, Informatique, Information et Audiovisuel, Affaires étrangères, Statistique et Santé.

Ainsi, la réception des dossiers de candidature a commencé le lundi 18 septembre et prendra fin le mardi 17 octobre 2017 à 16 heures. Et les épreuves se dérouleront les 4, 5, 11 et 12 novembre à Bamako et dans les centres régionaux de Kayes, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao.

Le ministre de la Fonction publique, Diarra Raki Tala affirmeque l’objectif essentiel du recrutement au niveau de la Fonction publique d’Etat est de pourvoir aux vacances d’emplois dans les services publics, donc de répondre aux besoins en personnel de l’Administration pour son bon fonctionnement. Elle a rappelé que conformément aux promesses de campagne du président IBK d’offrir à la jeunesse malienne 200 000 emplois pendant son quinquennat, les concours directs de recrutement dans la Fonction publique d’Etat se sont régulièrement déroulés de 2014 à 2016 avec un accent particulier sur les secteurs de la Santé et du Développement rural.

Aux dires du ministre Diarra Raki Tala, le recrutement par voie de concours directs s’inscrit dans la droite ligne d’un principe constant de la Fonction publique d’Etat malienne qui permet la sélection des meilleurs en tenant compte des besoins des services de l’Administration et des moyens de l’Etat. Et d’ajouter que cela passe par les trois étapes à savoir la détermination des emplois à pourvoir, l’organisation des concours et la nomination par arrêté des candidats retenus.  En outre, elle a précisé que ce principe doit constituer une garantie d’équité et d’efficacité conciliant les intérêts de l’Etat et ceux des candidats. « Les emplois à pourvoir par voie de concours directes de recrutement s’obtiennent par l’analyse des besoins exprimés par les différents départements ministériels, des données statistiques de la Direction nationale de la Fonction publique et du personnel (effectifs des fonctionnaires en activité, des cas de sortie, c’est-à-dire la retraite, le licenciement, la démission, le décès…dans les différents corps) ».

Elle a rappelé que, depuis l’arrivée aux affaires d’IBK, 3217 fonctionnaires ont été recrutés dans la Fonction publique, dont 1036 en 2014 parmi lesquels 363 femmes, 1095 en 2015 parmi lesquels 337 femmes et enfin 1086 en 2016 avec 336 femmes recrues.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*