Lait cru local : la qualité de plus en plus décriée à Bamako

Lait cru local : la qualité de plus en plus décriée à Bamako

Le lait fait partie des produits de grande consommation au Mali. Au fait, aujourd’hui à Bamako, avoir du lait cru local ne pose aucun problème, mais c’est surtout la qualité qui fait défaut chez la plupart de ces vendeurs occasionnels de ce produit facilement dégradable.

La preuve : il y a toutes sortes de lait sur le marché bamakois et nombreux sont les consommateurs qui se plaignent de la qualité du lait que l’on retrouve aux abords des goudrons et dans certains lieux de vente.

Pour beaucoup de consommateurs, la plupart du lait frais qu’on vend à travers la ville de Bamako n’est autre que du lait en poudre mélangé à l’eau. Une situation qui doit interpeller la conscience de ceux qui s’adonnent à ce commerce ignoble.

Si autrefois, c’étaient les peuls (professionnels en la matière) installés en un seul point ou passaient de portes en portes pour vendre le lait cru local, ces derniers, certaines personnes guidées par la cupidité, sans troupeaux, ont envahi le marché, en s’érigeant en de vendeurs de lait. D’autres achètent du bon lait auquel ils ajoutent de l’eau pour la revente. Malheureusement, la qualité reste à désirer.

La ville de Bamako est aujourd’hui inondée de kiosques de lait qui proposent du lait sous toutes ses formes : frais, caillé, fromage, crème… il y a aussi ceux qui se promènent avec du lait un peu partout dans la ville.

Déjà à partir de 17h, aux abords des routes se trouvent de bonnes dames qui proposent du lait frais et caillé aux passants. Cependant cette situation, pour certains, n’est pas idéale. Ainsi pour ce client venu acheté du lait chez ces vendeuses de lait sur la route de Kalaba-coro, il n’y a aucune garantie à acheter du lait dans ces conditions : « j’achète du lait ici presque à chaque fois que je passe. Je ne sais pas si c’est du lait pur en réalité. Mais qui peut savoir ça ? Si ce n’est Dieu. En tout cas, je l’achète avec mes doutes ».

Par ailleurs, Salimata est totalement convaincue de la qualité douteuse de ces produits laitiers que l’on retrouve partout dans la ville : « Nous le savons, il y a le lait, et en ce moment, la recherche de l’argent a fait disparaitre la crainte de Dieu dans le cœur des êtres humains. Je ne dirai pas que le lait que vous trouverez dans toute la ville est du lait en poudre dans de l’eau, mais il y en a. J’ai été personnellement victime et j’ai ramené le lait à la personne qui l’avait vendu, et elle n’a même pas pu parler, donc depuis je n’achète plus de lait n’importe où, encore moins avec n’importe qui », affirme-t-elle.

En tout cas, il savoir que tout ce qui brille n’est de l’or, autrement dit tout liquide blanc n’est pas du lait, du moins du lait pur, sans mélange. Achetez donc votre lait chez une personne que vous connaissez, ou dans un endroit bien sécurisé et de confiance.

Adam DIALLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *