Cyanure et mercure : des dégradants de l’environnement

Cyanure et mercure : des dégradants de l’environnement

L’orpaillage étant une des principales sources de revenue au Mali, n’est pourtant pas sans conséquence, sur l’environnement : l’eau, le sol, l’air, la faune et la flore.  Après la déforestation liée à l’utilisation abusive du bois, les produits chimiques s’invitent également dans cette catastrophe naturelle.

Si l’exploitation minière est très bénéfique à l’économie, toutefois elle entretient une relation très incompatible avec toutes les questions en rapport avec la protection, et le respect de l’environnement. L’usage des produits chimiques (mercure et cyanure), a de lourds impacts environnementaux, entre la contamination et la pollution des eaux, de l’air et des sols. Que ça soit l’exploitation artisanale ou industrielle, l’utilisation des tractopelles, les bennes, les bulldozers, les produits chimiques comme le mercure et le cyanure dans le traitement de l’or, est un vrai danger pour notre environnement.

« Le cyanure est un poison qui provoque la mort par asphyxie après quelques minutes, le mercure par contre est un tueur silencieux. Le mercure et le cyanure sont utilisés au Mali depuis au moins deux décennies, mais ces dernières années leur utilisation a pris une proportion très inquiétante, surtout au niveau des orpailleurs, » nous explique un géologue de la Cellule d’Appui à la Décentralisation et à la Déconcentration des Mines.

Ainsi leur usage, entraînant leur lot de pollution sous toutes ses formes et de catastrophes à court et à long terme mettant en danger les générations futures. Par ailleurs, l’excavation des dynamitages est faite avec des produits chimiques qui peuvent contaminer la nappe phréatique. Ça c’est uniquement la partie mining » nous explique, Mamadou, chargé de l’environnement d’une mine de la place.

A l’en croire, pour le traitement de minerais il faut l’intervention de plusieurs produits chimiques et après traitement des résidus son jeté dans un parc a résidu d’où un impact sur le sol avec le dépôt des résidus, un impact sur l’air avec les poussières et un impact sur l’eau à travers la nappe phréatique avec l’infiltration de l’eau de traitement dans le sol. Ceux sont les impacts majeurs d’une exploitation minière.

En tout cas des mesures consistantes et urgentes se doivent d’être perpétuelles, afin de rendre notre environnement vivable.

Assitan Siga FADIGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *