La tontine de la discorde

La tontine de la discorde

A Bamako, les tontines sont le passe-temps favori des femmes maliennes. Qui dit réunion de femmes dit également potins et problèmes. Elles s’y regroupent et parlent de tout et de rien.

F.C est une femme de caractère. Toujours volontaire pour une bonne bagarre, elle règne sur la troupe de tontine. Elles sont rares les femmes du quartier qu’elle n’a pas terrassé une fois avant de faire la paix avec elles. Du coup, tout le monde la craint. Quand elle a initié une tontine, toutes les femmes du quartier se sont précipitées pour y adhérer, espérant ainsi gagner ses faveurs et se mettre sous ses ailes.

Ainsi, chaque dernier Samedi du mois, elles se rassemblent chez l’une d’elles pour collecter l’argent de la tontine. Le tout sous la supervision de la ‘’pariba’’ FC. Ces moments sont des occasions pour manger et entamer de la même manière des causeries de femme.

Cependant, toutes le savent, FC n’accepte aucun retard dans le payement de « sa » tontine. Elle n’hésite pas à faire un scandale à celle qui oserait défier ce règlement pour une raison ou une autre.

A.T, ignorant ces règles a eu une grosse surprise lors de sa première participation. A.T, en effet, nouvelle adhérente, parce que nouvelle dans le quartier, pensait ainsi se faire des amies par ce biais. Cependant, elle a alors commis l’erreur de se rendre à cette première invitation sans avoir régularisée sa cotisation de dix milles.

F.C ne s’est pas gênée de lui crier dessus devant toutes et lui jeta à la figure tous les noms d’oiseaux possibles. Sauf que madame la coordinatrice ne savait pas à qui elle avait affaire. A.T, chétive, l’air maladif, est en réalité une tigresse.

Elle s’est jetée sur F.C, l’a prise par le cou et l’a tabassée sans qu’aucune des femmes n’interviennent. Ce n’est que sous les supplications et les promesses de madame la coordinatrice elle-même qu’A.T va finalement la libérer. F.C comme, si rien de n’était, s’est gentiment relevée puis a encaissé les cotisations des autres. Mais depuis cette action, aucune des femmes ne se prend plus la tête pour payer l’argent de la tontine. Chacune d’elle ne paie que quand elle le peut.

Soumba Diabaté (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *