COVID 19, il faut repenser la communication de crise

Subitement, le monde entier s’est retrouvé concerné par la digestion d’un pangolin dégusté à Wuhan en Chine. Les grandes puissances et les petits pays, comme le Mali, se sont vus sous la menace d’un virus dangereux, au même titre et sous les mêmes proportions. Sans aucun vaccin, la vitesse de propagation du virus a fini par convaincre le monde, dans son ensemble, que nous sommes face à l’une des plus graves crises sanitaires, ou crise tout court, de ce siècle.

Du monde mondialisé qui ne jurait que par les cours de la Bourse, il n’est resté que désarroi face à la puissance de la maladie, qui obligeait à revoir les priorités des États et surtout, dans certains cas, à prendre des décisions inimaginables, il y’a peu.

Face à la crise, les États se sont organisés tant bien que mal, et malgré une gestion peu structurée, le Mali a fait passer une première vague de la maladie. Cependant, depuis une dizaine de jours, le pays voit le nombre de cas journalier frôler la centaine, alors que la première vague n’enregistrait pas plus de quarante au plus fort.

Cette seconde n’émeut pas plus que ça les nouvelles autorités de la transition qui a jugé bon de reporter une réunion du Conseil de défense consacrée à la crise sanitaire, à cause, tenez-vous bien, d’un foyer Covid 19 découvert à la Présidence. Le bon sens aurait conseillé de tenir cette réunion par les voies technologiques et virtuelles. Cette décision rappelle qu’il faut, sans doute, repenser la communication gouvernementale.

Le prédicat que nous posons est simple : la maladie à Coronavirus est une équation complexe qui trouve une part de sa solution dans la maîtrise des codes de la communication de crise. De Ebola à la Covid 19, notre pays ne s’est pas doté d’un mécanisme rigoureux et rôdé de communication de crise, ce qui peut expliquer la crise de confiance existante entre le peuple et les décideurs sur l’effectivité de la pandémie. Cette absence de réponse coordonnée et structurée au niveau de la communication a eu des implications insoupçonnées sur la perception que se fait le peuple des autorités en charge et la communauté internationale de l’image que renvoie le Mali.

La crise de la Covid 19 est une opportunité pour notre pays pour revoir sa dynamique d’animation de la communication. Pour la saisir, il faudra se donner les moyens d’une importante réflexion sur l’architecture administrative actuelle en lien avec les règles scientifiques de gestion de la communication institutionnelle. Pour la saisir, il faudra se donner les moyens d’asseoir une nouvelle dynamique en mettant au service de l’Etat, les professionnels de la communication. Il faudra, enfin, se donner les moyens d’une capacité prospective et d’anticipation en développant le réflexe de véritables partenariats pour la recherche et la veille stratégique.

 

Y.KEBE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*