Transition : Des élections générales incontestables ?

Le fossé entre la classe politique, notamment le M5 RFP et le gouvernement de la transition dirigé par Moctar Ouane est loin de se rétrécir. Le jeudi 19 Novembre 2020, des représentants du gouvernement dont Abdoulaye Maiga, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, ont rencontré les partis politiques, dans l’optique de « relancer les cadres de concertation » entre les autorités et la classe politique malienne. Ce premier contact depuis la mise en place du gouvernement de transition, n’a pas été rassurant.

« Les partis se sont mobilisés en imaginant que c’était pour parler du CNT. Mais arrivé, ils ont constaté que la montagne a accouché d’une souris. Le gouvernement était dans une opération de communication politique, pour tenter de faire croire qu’ils ont repris contact avec la classe politique », déplore Choguel Kokala Maiga, le porte-parole du M5 RFP, à sa sortie de la rencontre.

Selon lui, la rencontre n’a pas été rassurante. Et le statut quo demeure. Pour cause, la « méfiance » continue à l’égard des hommes politiques réunis au sein du mouvement du 05 juin, principale force ayant conduit au renversement du régime d’IBK. Choguel Kokala Maiga, voit une lecture biaisée qui se fomente contre la classe politique, singulièrement le M5 RFP, qui se voit marginalisé dans le processus de la transition, qui a pour principale mission l’organisation d’élection crédible, juste et transparente : « il faut qu’on comprenne qu’on ne peut pas organiser des élections crédibles et transparences en dehors de la classe politique », prévient le porte-parole du M5 RFP.

Pour Choguel Maiga, il faut recentrer la transition sur des bases solides de refondation que sont la concertation, la confiance et la transparence : « lorsque les militaires qui ont la réalité du pouvoir aujourd’hui et le gouvernement qu’ils ont mis en place comprendront cela, nous pensons qu’il n’y a pas de problèmes. Mais lorsqu’ils s’installent, ils font ce qu’ils veulent, vont en conflit avec la classe politique, ils iront forcement dans une impasse. Ils sont dans cette logique », résume Choguel K Maïga.  L’absence d’inclusivité, surtout la crise de confiance qui prévaut entre le M5 RFP et l’ex-junte, pourrait conduire à un jugement de manque d’inclusivité, qui pourrait certainement amener la classe politique à contester les élections, au pire des cas, les bouder et se prévaloir le droit de contester la légitimité des élections.

Ousmane Tangara

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*