Vaccin COVID 19 : Faut-il, oui ou non, utiliser le vaccin AstraZeneca ?

Vaccin COVID 19 : Faut-il, oui ou non, utiliser le vaccin AstraZeneca ?

 

Face aux supputations de « déconvenues » secondaires que présenterait le vaccin Suédo-Britannique AstraZeneca, selon plusieurs pays majoritairement en Europe, les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), se sont réunis hier, Mardi 16 Mars 2021, sur la question.

L’OMS opte plutôt pour la « prudence » face à la succession des pays qui tournent plus en plus dos au vaccin AstraZeneca. Pour rappel, notre pays, a reçu il y a moins de deux semaines, un peu plus de 300 000 doses de ce vaccin alors que les commentaires sur sa fiabilité abondent de toute part.

Si on s’en tient plutôt aux positionnements des différents pays. Parmi ceux-ci, les plus modérés, soutiennent un vaccin peu « efficace » pour stopper la pandémie du coronavirus. D’autres par contre, plus acerbes, évoquent pire, un vaccin « contreproductif » car, présentant selon eux, des effets secondaires.

Face à ces approximations, certains analystes soutiennent un coup « diplomatique » amplifié par des médias, pour révoquer ce vaccin expérimenté par un laboratoire Suédo-Britannique, qui avait pourtant suscité un bain d’espoir dans la lutte contre la Covid 19.

Cependant, certains pays ont déjà « rétrogradé » leurs campagnes de vaccination avec le vaccin AstraZeneca.  Notamment la France, qui a suspendu, au cours de la semaine dernière, l’utilisation du vaccin sur le territoire français. En Allemagne, les autorités ne misent plus sur ledit vaccin, pour jeter leur dévolu là-dessus.  Même option privilégiée chez leurs voisins d’Espagne ou encore du Portugal, deux pays gravement frappés par la Covid 19, qui ont également tourné dos au vaccin, mais l’OMS reste prudente.

« Jusqu’à présent, nous n’avons pas trouvé de rapport entre ces évènements et le vaccin » a commenté Soumya Swaminathan, directrice scientifique de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Une déclaration « officielle » qui pourrait apporter un ouf de soulagement pour bon nombre de pays.  En effet, tout comme le Mali, le Sénégal et la Côte d’ivoire avaient également reçu d’importantes doses du vaccin AstraZeneca depuis fin février.

En tout état de cause, les yeux restent rivés sur les résolutions des experts de l’ONU. Mais avant, l’OMS écarte d’ores et déjà, l’option d’un appel pour mettre fin aux vaccinations en cours avec AstraZeneca, à un moment où la pandémie ne cesse de secouer le monde par des nouveaux cas.

Ousmane Tangara

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *