RENCONTRE Bah N’DAW et M5-RFP : La dissolution du Gouvernement et du CNT réclamée

RENCONTRE Bah N’DAW et M5-RFP : La dissolution du Gouvernement et du CNT réclamée

 

C’est donc 09 mois après sa désignation par les militaires pour diriger la transition que le colonel à la retraite, Bah N’Daw, a reçu, le jeudi 06 mai 2021, les leaders du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). Cette rencontre s’est déroulée en présence du Premier ministre, Moctar Ouane et de plusieurs membres du gouvernement.

Depuis la chute du régime d’IBK par le coup d’État mené par les militaires, le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) qui fut un acteur majeur de ce bouleversement politique, n’a pas été associé à la gestion de la transition. En effet, le constat prouve que les militaires ont opté pour la gestion opaque et peu inclusive des affaires de l’Etat. Une méfiance s’est ainsi donc installée entre les acteurs politiques et militaires. Dans cet imbroglio politique, la question des crises sociales prend aussi de la place.

Face à un possible engrenage, avec les menaces de grèves à l’horizon, le président de la Transition, Bah N’Daw semble vouloir se ressaisir et rester maître de la situation. C’est pourquoi il a entrepris de rencontrer les religieux et les chefs coutumiers. Dans la même dynamique, il vient de rencontrer les leaders du M5-RFP. L’objectif était de décrisper la situation politique.

Les propositions du M5 pour la réussite de la transition

Dans son discours, le Président du Comité Stratégique du M5-RFP, Choguel Kokalla Maiga a rappelé le mauvais chemin emprunté par les miliaires depuis le 18 août 2020 et pour ne pas poursuivre la marche vers un échec irrémédiable dont le pays, déjà fragilisé, ne pourra pas se relever, le M5-RFP préconise la rectification du processus de Transition afin de créer les conditions d’une refondation totale du Mali. A cet égard, selon Choguel Maïga, un certain nombre de mesures s’impose dont la lutte contre la corruption, l’impunité, l’audit des services publics, la tenue d’assises nationales sur la refondation, la tenue d’élections consensuelles crédibles et transparentes, la dissolution du gouvernement et du Conseil national de la transition (CNT) et le respect du délai de 18 mois de la transition.

SKK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *