Téléphonie mobile sur les routes : A quand une vraie sensibilisation de l’ANASER ?

Téléphonie mobile sur les routes : A quand une vraie sensibilisation de l’ANASER ?

 

De plus en plus, l’attraction des téléphones portables provoque une certaine dépendance débordante, à la limite qui nuit sur la santé. Il n’est pas rare de voir dans la ville de Bamako en pleine circulation des usagers (qu’ils soient piétons, automobilistes) circulant les yeux rivés sur leur portable. Une situation qui n’est pas sans conséquence.

Pas plus tard que ce mardi matin une collégienne qui était occupée à regarder dans son portable s’est faite renverser par un motocycliste, rien de grave, mais cela aurait pu être évité.

Il fut un temps, des campagnes étaient menées pour sensibiliser contre l’usage du téléphone au volant au Mali. Maintenant, un relâchement général est constaté. La police de la circulation ne sanctionne plus, comme il se doit, les conducteurs indélicats. Le téléphone est à longueur de journée utilisé et la situation devient alarmante quand on constate qu’en plus des automobilistes, les motocyclistes et même les piétons sont concentrés sur leur téléphone pendant ils utilisent, au même titre, la route.

Sur 20 piétons, 15 affirment consulter leur téléphone tout en marchant sur le trottoir, dans la rue ou souvent en traversant. Et le constat que nous avons fait est que cette pratique est plus rependue chez les jeunes de 15-25 ou plus.

Face au taux d’accidents en perpétuel augmentation, l’ANASER est interpellée quant à sa capacité à faire prendre conscience du danger réel lié à l’utilisation du téléphone. Aucune campagne véritable n’est menée sur ce créneau. Il est un besoin impératif que de sensibiliser sur l’usage du téléphone aussi bien auprès des conducteurs d’engins que des citoyens, piétons, qui durant le court moment, durant lequel ils utilisent les routes, ils peuvent manquer de vigilance.

L’ANASER, en plus de la sensibilisation, devrait pouvoir donner les moyens de la coercition à ses partenaires de la police en introduisant, par exemple, un projet de règlement statuant sur une amende pour le piéton qui traverse, marche sur le trottoir, les yeux fixés sur son portable.

Adam DIALLO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *