Après 61 ans d’indépendance : Les femmes revendiquent leur place au Mali

Après 61 ans d’indépendance : Les femmes revendiquent leur place au Mali

 

Le leadership féminin connait un boom au Mali depuis quelques années. Désormais, les grandes responsabilités ne relèvent plus du masculin, la femme malienne n’est plus cantonnée aux tâches informelles. Elles sont de plus en plus mises en valeur afin de bannir les différences et les préjugées entre les sexes.

Elles étaient associées à des formations qui en quelque sorte, insultaient leurs intelligences, à des postes comme secrétaire de direction, sage-femme, monitrice, infirmière, aide-soignante entre autres étaient comme des étiquettes pour elles. Comme pour dire que la femme n’est pas assez intelligente pour faire des études plus poussées que les hommes. Ce qui fait qu’au fur et à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie, elles demeurent minoritaires dans les postes de décisions et de responsabilités de haut niveau.

Au Mali, depuis longtemps, la société est faite de façon que l’on pense que quand on parle de travail de femmes, que cela nous renvoie à l’idée que l’on se fait de la femme, ce sont les moins méritantes. Des travails qui subordonnent directement la femme.

Et pourquoi ? Selon un adage Malien : « le pouvoir n’est pas bon dans la main d’une femme », une pensée purement machiste qui réduit la femme à son simple nom.

Ce qui semble changer, car nous assistons depuis quelques années à un boom de l’émancipation féminine. Elles partent dans de grandes écoles partout dans le monde font des études de haut niveau et rivalisent avec les hommes sur les marchés de l’emploi, leur ouvrant un champ d’action large et efficace avec des responsabilités plus accrues. Elles sont aujourd’hui ministre, docteur, avocate, ingénieur… Et pourquoi pas un jour président de République ?

Adam DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *